Page précédente    Harmony Assistant    Page suivante 
 

Introduction
Produits
Quoi de neuf ?
Prise en main
Notation
Introduction
Rappels de Solfège
Les Modèles
Le mode page
Le mode gravure
Positionnements
La sélection discontinue
Les vues
Les repères
Liaison, coulé, ligature
Les tablatures
Portées multi-voix
Notation en couleur
Notation grégorienne
Les ruptures
La clef
L'armure
La signature temps
Les nuances
Le mouvement
Paroles/Karaoke
Les objets libres
Textes spéciaux
Polices de caractères
Jeux de caractères
Interprétation
Périphériques/Pilotage
Virtual Singer
Questions/réponses
Licence d'utilisation
Assistance
Annexes
Imprimer le manuel


Le symbole désigne les nouveaux chapitres.

 
 

La notation en couleur


La notation en couleur des notes et/ou des intervalles est un concept développé par guitare-et-couleurs.com et qui consiste à faire appel aux couleurs pour « rendre simple ce qui semblait compliqué ».

Les couleurs permettent d’apprendre la guitare (ou autre instrument à cordes frettées), ou de se perfectionner, de façon ludique et beaucoup plus rapide qu'avec le "noir et blanc".

Avec les couleurs, une foule d'informations sautent aux yeux, et la compréhension de notions souvent floues chez bon nombre de guitaristes, se fait quasiment tout seule.

Et quand la compréhension est là, l'apprentissage comme le perfectionnement sont plus faciles et plus rapides : un peu comme un train n'a plus qu'à suivre les rails dès lors qu'ils sont posés.

Vous trouverez ci-dessous une explication rapide de ce concept. Et si vous souhaitez en savoir plus, vous pouvez télécharger le document "Les grands principes de guitare-et-couleurs" en vous rendant sur cette page (ou directement en cliquant sur ce lien).

Ce livret montre que, grâce à un concept pédagogique et créatif original, dont la clé de voûte est l'utilisation des couleurs, vous pouvez apprendre puis approfondir plus facilement et plus durablement les différentes notions indispensables aux guitaristes, tous styles confondus.

Si vous n'avez aucune notion de départ, vous ne mesurerez peut-être pas ce que peut vous apporter un tel concept. Mais si vous vous êtes déjà frotté(e) à l'apprentissage de la guitare en partant de zéro, ou au perfectionnement de vos acquis, ou bien si vous avez tenté de vous lancer dans la création (composition, improvisation...) ou encore dans la reproduction d'un morceau "à l'oreille", vous ne manquerez pas d'en percevoir l'intérêt.

Faire mieux, plus vite et plus facilement, c'est finalement ce que nous souhaitons tous, non ?

Selon les objectifs visés, deux codes de couleurs pourront être utilisés : le code de couleur absolu et le code de couleur relatif

Le code de couleur absolu

Pourquoi « absolu » ? Parce qu'à chaque note correspond une couleur et pas une autre :

  • Do (C) en rouge

  • Ré (D) en marron

  • Mi (E) en saumon

  • Fa (F) en vert clair

  • Sol (G) en bleu clair

  • La (A) en violet

  • Si (B) en rose

Ainsi, quelle que soit la tonalité, ces couleurs seront toujours associées à ces mêmes notes :

le code de couleur "absolu"

Ce code est particulièrement pratique pour ceux qui veulent apprendre les notes sur le manche de la guitare, ou retrouver celles-ci en un clin d'œil.

Est-ce bien utile ? Pas forcément, diront certains, puisque les tablatures nous dispensent de savoir faire le lien entre le manche de la guitare et la portée classique.

Certes. Mais il y a tout de même quelques avantages à connaître (ou au moins savoir retrouver facilement) le nom des notes, en particulier celles des trois cordes graves...

Par exemple pour savoir où déplacer un diagramme d'accord (en particulier les barrés) pour que sa fondamentale corresponde à une note donnée. Si vous ne savez pas que Sol est en case 3 sur la corde de Mi, vous aurez du mal à déplacer le barré de Fa à cet endroit. Ou alors, il faudra connaître par coeur toutes les positions d'accords existantes !

Le code de couleur relatif

C'est celui que vous utiliserez le plus car ses applications sont nombreuses.

Il est inspiré des couleurs utilisées dans la « Règle à Dadi », une véritable « règle à calcul » (quasiment introuvable aujourd'hui) dédiée à la guitare, et permettant (entre autres fonctions bien utiles) de trouver et de visionner en couleur toutes les gammes ou tous les accords possibles à la guitare.

Dans ce code de couleurs dit "relatif", les couleurs correspondent non pas à une note spécifique (do, ré, mi, etc.) mais à l'intervalle qui la sépare de la tonique (tierce, quinte, etc.).

Par exemple, une tierce majeure, qui vaut 2 tons, sera représentée avec la couleur bordeaux ; une quinte juste, qui vaut 3 tons 1/2, sera associée à la couleur orange...

On ajoutera éventuellement un symbole « + » ou « - » si une précision est nécessaire. Par exemple, on ajoutera le signe « - » pour indiquer une tierce mineure.

C’est ce code relatif qui sera préférentiellement utilisé dans la représentation des accords, des gammes, des arpèges, etc. car il offre bien plus de possibilités que le code de couleurs absolues.

Pourquoi « relatif » ? Parce que la note correspondant à un intervalle donné n'est pas toujours la même : c'est relatif à la tonalité du morceau.

Par exemple, si l'on est en Do majeur, la tonique est Do. La note située à un intervalle de quinte juste de Do sera Sol, représentée en orange. Mais si l'on change de tonalité pour passer en Mi majeur, la quinte juste, toujours orange, ne sera plus Sol mais Si.

Ce caractère relatif est extrêmement pratique, car il permet de conserver le même code pour toutes les tonalités. Si bien que lorsque vous savez où se trouve la tierce, la quinte, la septième, etc. dans un accord ou une gamme, pour une tonalité donnée, vous le saurez aussi quand vous changerez de tonalité.

On est dans le même esprit que dans la notation Nashville, par exemple, à laquelle un article est consacré ici.

Voici le détail des « couleurs relatives » utilisées :

  • La tonique est toujours en noir,

  • La seconde/neuvième en vert vif, avec un signe « - » si elle est mineure.

  • La tierce en bordeaux, avec un signe « - » si elle est mineure.

  • La quarte en bleu intense.

  • La quinte en orange vif, avec un signe « - » si elle est diminuée et « + » si elle est augmentée.

  • La sixte en bleu ciel.

  • La septième en jaune vif, avec un signe « + » si elle est majeure.


En voici un schéma récapitulatif, qui illustre par ailleurs le fait que certains intervalles peuvent avoir des couleurs « synonymes » :

Intervalles en couleurs relatives





Par exemple, l'intervalle de seconde augmentée (2+) vaut 1 ton 1/2, tout comme la tierce mineure (3-). Et vous pouvez visionner, sur la même colonne, son redoublement à l'octave (9+).

Les diagrammes d'accord en couleur


Les doigtés sur les diagrammes d'accords peuvent s'afficher en noir, en couleur absolue ou en couleur relative. Ceci se règle dans les préférences générales, onglet "Apparence".

Par exemple, voici l'accord de Do# majeur (noté C# en notation anglo-saxonne) en couleurs relatives :

C# Maj Relatif

On repère aussitôt les toniques (en noir), les tierces (en bordeaux) et la quinte (en orange). 

Cette mise en couleur offre de nombreuses applications, aussi bien au plan pédagogique qu'au plan créatif.

Par exemple, il est bien plus intéressant d'apprendre un accord en étant conscient de ses intervalles : non seulement on comprend tout de suite son « architecture », mais en plus, on peut la modifier pour créer de nouveaux accords à partir d'un seul.

Si vous voulez transformer l'accord ci-dessus en un accord mineur (C#m en notation anglo-saxonne), vous savez que vous abaissez la tierce d'un-demi ton (cf tableau des intervalles ci-dessus). Donc, toutes les notes bordeaux seront décalées d'une case vers le haut du manche, et représentées avec un signe « - » :

C#m relatif

Inversement, si vous voulez le transformer en un accord C#sus4, vous allez augmenter les tierces d'un demi-ton, ce qui revient à les remplacer par les quartes (en bleu) :

Csus4 relatif

Ici, on ne conserve que trois notes, pour que l'accord reste facile à jouer. La quarte de la corde de Ré, en effet, se trouverait en case 4, et ne serait pas franchement facile à plaquer avec le petit doigt !

A noter que les couleurs sont également présentes lors de l'édition du diagramme d'accord (Menu Configurations > Editer diagramme d'accords).

Vous trouverez certainement de nombreuses autres applications à cette mise en couleur des accords, que ce soit en couleurs absolues ou en couleurs relatives.

Vous trouverez également d'autres idées dans le manuel "Les grands principes de guitare-et-couleurs" (vous pouvez le télécharger en allant sur cette page ou en cliquant sur ce lien), ainsi que dans les pages du Club Guitare-et-couleurs, que vous pouvez d'ailleurs contribuer à alimenter.




(c) Myriad - Tous droits réservés