Page précédente    Harmony Assistant    Page suivante 
 

Introduction
Produits
Quoi de neuf ?
Prise en main
Notation
Interprétation
Introduction
Les lois
Portées multi-instruments
Portées batterie standard
Fonctions avancées
Effets/Expression
Ajustement microtonal
Accordages spéciaux
Processeur d'effets
Courbes de paramètre
Instruments utilisateurs
Pistes numériques
Le Jukebox
Jouer le Karaoké
Doigté guitare
Périphériques/Pilotage
Virtual Singer
Questions/réponses
Licence d'utilisation
Assistance
Annexes
Imprimer le manuel


Le symbole désigne les nouveaux chapitres.

 

Les Lois

Fonctions avancées


Nous avons vu que les lois permettaient de faire jouer plusieurs instruments différents sur une unique portée, en différenciant les notes par des critères graphiques.
Mais le système des lois permet d'aller beaucoup plus loin.

Les paramètres spéciaux

Le bouton "spécial" dans l'édition de la loi permet de fixer les paramètres (effets, vélocité, retard, etc...) qui seront appliqués à la note lorsqu'elle sera jouée.
Exemple d'application :
Une application intéressante est d'utiliser les effets "comma turc" configurables pour définir un accordage spécial, utile pour jouer des mélodies non occidentales ou respectant des règles de répartition des fréquences autres que la gamme "classique" de 12 demi-tons également tempérés. Les chapitres ajustement microtonal et accordages spéciaux vous fourniront plus de renseignements à ce sujet.

Les lois non bloquantes

Précédemment, nous avons vu que les notes de la portée qui correspondent au(x) critère(s) d'une loi (couleur, hauteur, forme...) se voient jouées d'une manière particulière.
Dès que la note correspond à une loi, elle se voit appliquer l'instrument et/ou les paramètres spéciaux de cette loi, mais le reste de la liste des lois n'est pas examiné pour savoir si la note peut correspondre à une autre loi.
Par exemple, si vous fabriquez une loi basée sur la couleur bleue, qui change l'instrument en "orgue", puis une loi basée sur la forme de tête triangulaire, qui change l'instrument en "guitare", une note bleue et à tête triangulaire sera jouée avec le son "orgue", première loi à correspondre à cette note.

Il est possible de définir des lois non bloquantes. Si la case "Continue traitement" est cochée, la recherche de loi ne s'arrête pas dès que cette loi est trouvée. Ainsi, la note sera jouée à la fois avec le son "orgue" et "guitare".

Exemple d'application :
Il est donc possible, avec ce système, de définir des portées sur lesquelles plusieurs instruments simultanés jouent les notes.
Vous pouvez également définir un instrument lié à la forme (par exemple les notes à tête en croix jouent sur "basse slappée") et un effet lié à la couleur (par exemple les notes rouges sont jouées avec un effet de "bend"). Ainsi, les notes rouges à tête en croix seront jouées sur l'instrument "basse slappée" et avec un effet de "bend".

Le marqueur "note fondamentale"

Si la case "la note est la fondamentale" est cochée dans une loi, les notes correspondant aux critères de la loi seront considérés comme la fondamentale de l'accord. Cette fondamentale d'accord permet à d'autres lois (même situées sur d'autres portées) de s'appliquer sur les hauteurs de notes correspondant à leur position relative dans l'accord. Vous pourrez ainsi définir des lois qui s'appliquent aux notes dont la hauteur correspond à la tierce ou à la quinte de l'accord en cours (voir ci-dessous).

Le critère "hauteur de note"

Ce critère permet d'appliquer une loi seulement sur les notes d'une hauteur donnée dans la portée. Plusieurs cases à cocher permettent cependant de configurer la manière dont la hauteur est évaluée :

  • Si rien n'est coché, la hauteur est évaluée de manière absolue. Par exemple, si vous définissez comme critère la hauteur de note située sur la ligne la plus basse, avec un bémol, seules les notes Mib, 4e octave de la portée correspondront à cette loi (ainsi que les notes Ré#, 4e octave).
  • Si vous cochez "Quel que soit l'octave", tous les Mi bémol ou Ré # de la portée (quel que soit leur octave) correspondront à cette loi.
  • Si vous cochez "Suit la tonalité", la hauteur donnée en critère est relative à la note de base de la tonalité en cours. Votre loi correspondra donc aux notes Mi bémol ou Ré# dans une tonalité de Do majeur, mais aux notes Si bémol ou La # dans une tonalité de Sol majeur.
  • Si vous cochez "Différencier enharmoniques", Mi bémol et Ré # ne sont plus considérés comme identiques. Seules les notes Mi bémol seront considérées.
  • Si vous cochez "Relatif à la fondamentale", la hauteur de note est considérée comme relative à la note fondamentale définie par une autre loi (voir plus haut). Do correspond à "égal à la fondamentale", Do# à "fondamentale + un demi-ton", etc. Par exemple, pour appliquer la loi aux tierces majeures, situées 4 demi-ton au-dessus de la fondamentale, il faut entrer un critère de hauteur de note "Mi".

Exemples d'application :
- En définissant une loi du type : "les notes à tête triangulaire correspondent à la note fondamentale de l'accord", il vous suffira de marquer toutes les notes fondamentales avec une tête triangulaire pour que d'autres lois s'appliquent par exemple aux tierces majeures de chacun des accords de votre partition. Simplement en choisissant judicieusement les noms des lois, vous pouvez ainsi marquer de "3" toutes les tierces, "5" toutes les quintes, afin de repérer la valeur relative de chaque note.

- En combinant la notion d' accordage spécial et de critère de hauteur de note relatif à la fondamentale de l'accord, il est possible d'altérer la fréquence des composantes des accords (tierces, quintes, septièmes mineures) de manière à ce qu'elles soient jouées "justes", c'est-à-dire à un sous-multiple exact de la fréquence de la note fondamentale de l'accord. Ceci est notamment utilisé dans les chorales "Barbershop", où les chanteurs règlent la hauteur de leur voix en fonction de la fondamentale, afin de minimiser les déphasages induits par l'imperfection de la gamme occidentale traditionnelle.

Le critère "vélocité"

Ce critère permet de définir des lois qui s'appliquent aux notes en fonction de la valeur de leur vélocité. La vélocité d'une note n'étant pas directement visible sur la partition, ces lois sont donc à utiliser avec précaution. Ceci permet, par exemple, de ne pas utiliser le même instrument pour les notes jouées faiblement et les notes jouées fort.
Ce critère s'applique sur une certaine étendue de la plage des vélocités, et permet de définir l'étendue de vélocité qui s'applique à la place.

Exemples d'application :
- Définir une loi qui s'applique sur les vélocités de 0 à 64, et qui sort sur l'instrument "Orgue 1", avec une application de vélocités de 0 à 64 également (la vélocité reste inchangée).
Définir ensuite une loi qui s'applique sur les vélocités de 65 à 127, et qui sort sur l'instrument "Orgue 2", avec une application de vélocités de 65 à 127 également (la vélocité reste inchangée).
Les notes faibles seront jouées sur l'instrument "Orgue 1", les notes fortes sur "Orgue 2".

- En conjonction avec l'option "Continue traitement" (loi non bloquante), il devient possible de mixer deux instruments de manière douce en fonction de la vélocité originale de la note sur la portée.
Ainsi, définir une loi qui s'applique sur les vélocités de 0 à 127 (toute l'étendue), et qui sort sur l'instrument "Orgue 1", avec une application de vélocités de 127 à 0 (la vélocité est inversée : les notes faibles sont jouées fortes sur cet instrument, et les notes fortes sont jouées faiblement).
Définir ensuite une loi qui s'applique sur les vélocités de 0 à 127, et qui sort sur l'instrument "Orgue 2", avec une application de vélocités de 0 à 127 (la vélocité reste inchangée).
Les notes faibles seront jouées sur l'instrument "Orgue 1", les notes fortes sur "Orgue 2" et les valeurs intermédiaires seront jouées avec un mixage des deux instruments, l'influence de l'instrument "Orgue 2" grandissant quand la force de la note augmente.



(c) Myriad - Tous droits réservés