Accès rapide
 
 
 


Entretien avec

Laurier Nappert

le 4 août 2004



Myriad : Bonjour, M Nappert, merci d'accepter de répondre à ces quelques questions. Vous avez remporté le Concours imposé Harvesters avec votre oeuvre
"Jour de moisson"  et nous voudrions d'abord savoir qui vous êtes.

Pouvez-vous vous présenter ?


Je vis dans la belle ville de Québec dans la province du même nom au Canada. Au moment où j'écris ces lignes, j' ai 58 ans et je suis retraité depuis plus de 4 ans après avoir eu 3 carrières différentes: marine marchande pendant 5 ans, policier pendant 7 ans et pompier pendant 23 ans. Avant même de me retirer, j'avais décidé que ma retraite servirait à réaliser un très vieux rêve qui sommeillait en moi depuis l'enfance : enfin étudier sérieusement la musique. Je suis donc retourné aux études à temps plein, en musique, et j'y suis toujours.


Myriad: Sur quel matériel travaillez vous ?

Du point de vue informatique, j'ai un G5/1.8 MHz. Mon logiciel de musique favori est, et de loin, Harmony Assistant, mais j'ai aussi, par "obligation", Sibelius que j'aime détester et Digital Performer que j'ai peine à utiliser (Au secours!...). J'ai déjà eu un clavier MIDI relié à mon ordinateur, mais cela ne correspondait pas vraiment à ma façon de travailler et me restreignait. J'entre ma musique à la souris.

Du point de vue instruments de musique, j'ai un piano, une guitare classique, une guitare folk et une guitare 12 cordes sur lesquels je travaille mes pièces et les entre dans HA.

Myriad: Quel est votre cursus musical ?

Enfant, j'ai suivi des cours de piano pendant environ 2 ans. À l'adolescence, je suis passé à l'accordéon-piano. Beaucoup plus tard, j'ai commencé à apprendre la guitare par moi-même. J'ai très vite plafonné, ce qui m'a amené à prendre des cours avec un professeur privé pendant plus de 4 ans. Pour plusieurs raisons, dont le travail, la maladie, etc, j'ai du abandonner.

C'est au moment où j'ai commencé l'apprentissage de la guitare que j'ai commencé à composer. À cette époque, une chanteuse s'est intéressée à ce que je faisais. Elle a inscrit une de mes pièces à son tour de chant ("Emmenez-moi" que vous pouvez entendre sur mon site). Malheureusement, cette chanteuse n'est jamais devenue très populaire, mais je me considère néanmoins chanceux d'avoir eu cette opportunité.

Puis vint la retraite ! Elle allait me permettre de m'adonner à la musique à temps plein. J'ai repris l'étude de la guitare avec un professeur privé (voir son site au: http://www.davidjacques.com/ ) et je lui ai donné pour mission de me préparer à entrer à l'école de musique comme étudiant régulier à temps plein. Un an plus tard, je passait les examens de solfège et l'audition devant un jury d'acceptation. J'ai été accepté et j'y suis depuis ce temps.

Au début de 2004, étant inscrit dans un cours de composition, j'ai eu le plaisir d'avoir une autre de mes compositions jouée en public, "Art déco", pièce que vous pouvez entendre tant sur mon site que sur le site de Myriad (inscrite au 12e concours) ou à l'adresse suivante pour l'enregistrement audio qui a été fait à ce moment-là: http://www.sibeliusmusic.com/mp3/5/2/6/52623.mp3 .

Myriad: Jouez-vous d'un instrument de musique (ou de plusieurs) ?

Je joue de la guitare classique et d'accompagnement, et un peu de piano. Je me suis déjà amusé avec les instruments suivants sans les maîtriser : flûte à bec, accordéon-piano, saxophone, mandoline, banjo, guitare basse,  batterie et harmonica. Actuellement, j'essaie d'apprendre le xaphoon. Ceci étant dit, je suis un très très mauvais instrumentiste. L'interprétation n'étant pas mon objectif musical, j'y prête de fait tellement moins d'importance qu'à la création que mes interprétations laissent vraiment à désirer. Et en plus, j'ai un grave problème de trac : ce qui est très potable dans mon salon devient tout à fait exécrable devant un public de un et plus, quand je ne suis pas complètement paralysé au point de ne pouvoir produire le moindre son.

Myriad: Quels sont vos goûts musicaux ? Vous pouvez citer des artistes ou
des genres musicaux si vous le désirez.

Ils sont tellement vastes!... En voici un échantillon. Opéra (Verdi et Puccini, surtout si Placido Domingo y chante), classique (Mozart, Beethoven, Haydn), baroque (Bach Haendel, Vivaldi) romantisme et post-romantisme (Chopin, Liszt, Paganini, Debussy). Il ne faudrait pas oublier le jazz et le blues (Sonny & Terry, Jimmy Smith, Oscar Peterson, Duke Ellington, Chalie Byrd, Buddy Rich, Gershwin, Ella Fitzgerald, Dave Bruebeck, etc.). Dans les musique plus récentes: les incontournables Beatles, les troubadours comme Gordon Lightfoot, Peter Paul & Mary, The Seekers et Bob Dylan, la superbe voix de Nana Mouskouri, les poètes Georges Moustakis, Yves Duteuil, Charles Aznavour, Félix Leclerc, le crooner Frank Sinatra, la grande Piaf, Claude Léveillé, André Gagnon, etc.

Myriad: Plus précisément, en ce moment, quelle musique écoutez-vous ?

Je passe par des périodes de durées variables. Présentement, du point de vue classique, je suis à l'époque romantique surtout : Chopin, Debussy, Brahms, Schumann, Schubert. En jazz et musique plus récente, j'écoute du Oscar Peterson, Dave Bruebeck, Gordon Lightfoot.

Myriad: Quelles musiques n'écoutez-vous plus du tout ?

Pour avoir écouté ces musiques, je peux affirmer sans l'ombre d'un doute que ça ne me convient vraiment pas ou plus du tout : le western larmoyant et "quétaine" comme on dit ici, le techno, le rap, ce qui est atonal, sérialisme, dodécaphonique et autres courants dits modernes qui ont duré le temps que durent les roses sans en avoir la valeur (Boulez, Varese, Berio, Messiaen et autres). Désolé pour ceux qui aiment ces genres, tant mieux pour vous si vous aimez, mais c'est trop me demander. Sans rancune! (;

Myriad: Si l'on vous demandait de choisir une musique qui serait placée dans une capsule à destination des habitants d'Alpha du Centaure, quel serait votre choix  ?

S'il s'agit d'une seule oeuvre, mon choix se porterait sur la 9e symphonie de Beethoven, afin de leur montrer le meilleur de ce que les humains peuvent faire en musique.

Myriad: Si vous deviez être coupé du monde pendant un an, quels sont les deux albums que vous emporteriez avec vous ?

Ce n'est pas sérieux, seulement deux? Albums? Pas deux... caisses? Bon d'accord, ce sera la même chose que pour les habitants d'Alpha d'une part, la 9e de Beethoven, et le 2e sera le meilleur du Oscar Peterson Jazz Trio d'autre part.

Myriad: En ce qui concerne l'oeuvre qui a remporté le concours, quelle a été votre source d'inspiration ?

Étant un sujet imposé, c'est en fait le tableau lui-même qui a servi de toile de fond de même que la musique de cette époque.

Myriad : Quel a été votre cheminement de composition ? (les détails techniques intéresseront les lecteurs)

Le tableau nous situe dans une scène campagnarde, de moisson, à la fin de la Renaissance. J'ai voulu avoir une musique qui collait à cette époque, aux gens qui y sont représentés et à leur activités, une sorte de pastiche si l'on veut.

Le rythme de sicilienne convenait bien parce que c'est un rythme qui balance, qui entraîne, tout en étant une danse populaire. La mesure ternaire (6/8) aussi est assez typique de l'époque. Le mouvement de balancier veut représenter le mouvement régulier que produit le moissonneur avec sa faux: ni trop vite ni trop lent, mais assez pour que le faucheur puisse faucher en suivant ce rythme. Pour avoir grandi sur une ferme, je connais bien ce mouvement pour l'avoir déjà fait et c'est en imitant le geste dans mon salon que j'ai trouvé le bon tempo de la pièce.

Les instruments sont aussi des instruments qui existaient déjà tous à cette époque sous cette forme ou sous une forme très proche, tout en étant associés à une forme de musique populaire. Le cor français français n'existait pas encore, mais le cor de chasse lui existait. De plus, le cor est très souvent utilisé pour illustrer musicalement des scènes pastorales, de campagne, de chasse.

Quant à l'écriture elle même, AAB, le premier thème est joué avec une instrumentation qui diffère de celle de la reprise. Quant au B, le 2e thème, je le voulais contrastant tant du point de vue mélodique que rythmique tout en demeurant relativement balançant. J'ai laissé tombé la sicilienne et j'ai créé une sorte de contre temps en faisant une faute d'écriture volontaire. Cette faute, c'est l'accentuation de la 2e note de chaque groupe de 3 notes du 6/8, en plus de la première. L'apport des notes staccato à la basse n'est pas négligeable non plus. Ça donne quelque chose d'un peu déroutant qui ne plaira sûrement pas aux puristes, j'en conviens, mais qui sert tout de même bien les fins pour lesquelles je l'ai conçu: contraster, surprendre et maintenir un mouvement de balancier dans la différence.

La polyphonie n'était pas encore très développée à cette époque et ma pièce ne comporte pas de développement harmonique élaboré. Et comme cela se faisait à cette époque, pour obtenir un son plus doux ou plus fort, on ne demandait pas aux instrumentiste de jouer piano ou forte, on retranchait ou on ajoutait des instruments et c'est aussi ce que j'ai fait ici. Pour cette même raison, toutes les vélocité d'un même instrument sont identiques, parce que c'est comme ça qu'on jouait à l'époque. Enfin, comme ça se faisait aussi à cette époque, il y a 2 mélodies bien distinctes jouées en même temps: l'une par les instruments sopranos et l'autre par les instruments de basse.

Maintenant, je vous suggérerais d'écouter à nouveau cette pièce en gardant ces éléments en mémoire. Pour toutes ces raisons, je suis un peu d'accord avec le juge qui a dit "...c'est presque moins de la musique que de la musicologie...", il a su très bien saisir le non-dit de cette pièce. Et je pourrais vous raconter une histoire similaire pour presque toutes les pièces que j'ai écrit.

Myriad: Avez vous une anectote à narrer ? Pas nécessairement reliée à votre oeuvre mais en rapport avec la musique.

Un fait cocasse : les confrères et consoeurs de classe avec qui j'étudie sont des jeunes de plus ou moins 18-20 ans. En théorie du moins, je pourrais être leur grand-père. D'ailleurs, ils se posent bien des question à savoir pourquoi "pépère" se donne tout ce mal !... Ma réponse ne les éclaire pas non plus : j'ai un plaisir fou à faire ce que je fais et pour moi, c'est tout ce qui compte.

Myriad : Quelles sont vos objectifs ou vos projets dans le domaine de la musique ?

Pour l'immédiat, continuer à étudier. En décembre 2004, j'aurai terminé le niveau Cegep, soit l'école préparatoire à l'université. Si tout va bien, je continuerai peut-être en composition à l'université Laval au début de 2005, je verrai plus tard. D'autre part, j'aimerais bien que d'autres de mes pièces soient jouées en public. J'ai aussi un projet d'écriture que j'ai présenté à un organisme très important, il a été très bien accueilli, mais je ne sais pas encore s'il se réalisera. Cela doit se faire d'ici 1 an, tous les espoirs sont encore permis, sinon, ça ne prendra jamais forme. Si ça marche, ce sera une très belle expérience, sinon, tant pis, on passe au suivant!

Myriad : Avez-vous un site Web personnel ?

Oui. Puisque je ne soumet pas toutes mes oeuvres au concours de Myriad et que j'écris plus de pièces que ne peut en accepter le concours, ça demeure la meilleure place pour rester au courant de ce que je fais, pour ceux que cela intéresse bien sûr. C'est le http://pages.infinit.net/azza/index.html

Myriad : Avez-vous un message ou conseil à transmettre aux lecteurs de cette rubrique ?

Il y a un dicton qui dit: "C'est en forgeant que l'on devient forgeron". On pourrait tout aussi bien dire: "C'est en composant que l'on devient compositeur". Alors, si la composition vous intéresse, osez, essayez des choses, ça ne sera peut-être pas toujours bon, mais vous aurez appris quelque chose. Et si vous le pouvez, si vous voulez vraiment avancer dans ce domaine et que ça vous intéresse, lisez tout ce que vous pouvez sur le sujet, informez-vous, posez des questions, suivez des cours. Ayez un rêve, croyez-y, mais n'attendez pas sans rien faire qu'il se réalise, le succès, c'est 10% de talent et 90% de sueur. Bonne chance!

Myriad : Quelles autres questions auriez-vous aimé que l'on vous pose ?
Quelles auraient alors été vos réponses ?

Je vais plutôt inverser la question: après m'avoir lu, y a t-il encore des choses que vous aimeriez savoir? Si oui, il faudra m'écrire et me poser la question. Merci de m'avoir invité à cet entretien et merci de faire mes logiciels favoris. Longue vie à Myriad!



Accueil > Communauté > Entretiens > Laurier Nappert



Haut de page Mentions légales Dernière mise à jour :  (c) Myriad