Quick links
 
 
 


Entretien avec

Florent Toniello

le 14 novembre 2005



Myriad : Bonjour, M Toniello, merci d'accepter de répondre à ces quelques questions. Vous avez remporté le Prix du 14eme Concours Amical avec votre oeuvre "Folie Provençale" et nous voudrions d'abord savoir qui vous êtes.
Rappelons qu'il s'agissait d'illustrer musicalement l'oeuvre de Christine Thelot :



Pouvez-vous vous présenter ?


Vous pouvez m'appeler Florent, je serai plus à l'aise Né à Lyon, 33 ans, habitant Amiens après sept ans à Bruxelles, travaillant dans l'informatique pour une société multinationale principalement dans la lessive mais diversifiée dans les rasoirs récemment -- comme ça ceux que ça intéresse auront compris et je n'aurai pas fait de publicité pour les autres ! Deux enfants de quatre ans et six mois et donc pas beaucoup de temps en dehors de la famille pour pratiquer autre chose que la musique, et même pas tant de temps que ça pour la musique...


Myriad: Sur quel matériel travaillez vous ?

L'un des premiers Pentium IV vendus en 2000 je crois, à 1,4 GHz, dans lequel j'ai juste rajouté un peu de mémoire. Je ne sais pas quelle est ma carte son, ça m'intéresse assez peu d'ailleurs, je suis plutôt du genre à me focaliser sur le contenu et pas le contenant, donc je ne suis pas un adepte des home cinema et autres appareils avec Dolby Surround et tutti quanti. Un vieux film en noir et blanc de Marcel Carné mal restauré dans une vieille salle de cinéma sera toujours plus intéressant pour moi qu'un clip léché d'Eminem sur un Home Cinema dernier cri.

Myriad: Quel est votre cursus musical ?

 Le conservatoire de Lyon, où j'ai étudié la flûte à bec (médaille d'argent à l'unanimité, ça fait rire après coup), le solfège et l'harmonie. Des cours de hautbois pour le plaisir, donc pas au conservatoire !

Myriad: Jouez-vous d'un instrument de musique (ou de plusieurs) ?

La flûte à bec donc, le hautbois, et je peux tirer des sons potables d'à peu près tous les instruments à vent excepté les cuivres apparemment. Dans l'ensemble de flûtes à bec de Lyon, il y a longtemps, j'ai aussi tâté du cromorne, du courteau et du serpent. Je joue aussi un peu de piano, du concertina et du ukulélé !

Myriad: Quels sont vos goûts musicaux ? Vous pouvez citer des artistes ou
des genres musicaux si vous le désirez.

Très éclectiques... Des noms en vrac : Bach, Schönberg, Thelonious Monk, Vivaldi, Frank Avitabile, Barry White, Danny Elfman, Ravi Shankar, Subramaniam, Puccini, Bruckner, Gounod, Monteverdi, Amalia Rodrigues, Tito Puente, MC Solaar, Paolo Conte, Giorgio Conte, Barbara, Rameau, Supertramp... Un peu de tout, non ?

Myriad: Plus précisément, en ce moment, quelle musique écoutez-vous ?

Je fais écouter les concerti pour mandoline de Vivaldi à mon fils.

Myriad: Quelles musiques n'écoutez-vous plus du tout ?

La pop française et anglo-saxonne en général. Je ne déteste pas (enfin généralement) mais je me méfie de ce que tout le monde ou presque aime, c'est mon côté misanthrope... et je l'entend assez quand je fais mes courses.

Myriad: Si l'on vous demandait de choisir une musique qui serait placée dans une capsule à destination des habitants d'Alpha du Centaure, quel serait votre choix  ?

Le requiem de Fauré.

Myriad: Si vous deviez être coupé du monde pendant un an, quels sont les deux albums que vous emporteriez avec vous ?

Le requiem de Fauré et un disque de Ravi Shankar (mais pas son concerto pour sitar).


Myriad: En ce qui concerne l'oeuvre qui a remporté le concours, quelle a été votre source d'inspiration ?

Est-ce que ça serait étonnant si je disais le collage de Christine Thelot ? Bon pour être plus précis, c'est en écoutant quelques morceaux publiés avant (dont le très beau de Luigi Bonzanini) que j'ai décidé d'axer la composition sur le thème de la Provence, mais dans un sens plus "ethnique". La folie est venue naturellement car il est difficile d'évoquer Van Gogh sans la folie et le collage me faisait penser à une folie encore naissante et ordonnée, un peu comme ces jeux où on doit deviner l'intrus... sauf que là l'intrus était la raison de Van Gogh.

Myriad : Quel a été votre cheminement de composition ? (les détails techniques intéresseront les lecteurs)

Comme je voulais rendre une atmosphère provençale, j'ai rassemblé mes souvenirs et me suis remis en mémoire une présentation de la classe de tambourinaires du conservatoire d'Avignon à laquelle j'avais assisté il y a longtemps. J'ai pensé que la référence culturelle au galoubet et tambour serait non pas universelle mais assez bien comprise dans la plupart des cultures occidentales au moins. Pour ajouter un peu de piment, j'ai choisi de rajouter un autre galoubet, afin de faire un peu d'harmonie et de contrepoint quand même, pour ne pas lasser les oreilles moins habituées à cette musique. Pour les vents, j'ai donc essayé de rendre une atmosphère provençale par la rythmique et les ornementations, qui sont bien entendu facultatives et modifiables au souhait de l'instrumentiste s'il prenait à quelqu'un de vouloir jouer ce morceau en concert ! Restait à trouver comment faire venir un peu de folie dans le morceau. J'ai pensé qu'un changement de ryhtme et d'instrument conviendrait bien. Le bandonéon s'est imposé comme instrument "ethnique" également mais d'une culture éloignée, bien que du Sud en général, et le 3/4 en simili valse comme contraste intéressant. Il a fallu ajouter quelques harmonies moins orthodoxes par rapport à la permière partie plutôt formelle, et écrire un peu comme un orgue de barbarie pour confirmer l'aspect incontrôlable (mécanique) de la folie naissante. Pour la fin, je voulais donner un signe d'apaisement tout en continuant à laisser planer la folie, d'où les transformations harmoniques et le lent diminuendo. Enfin, quelque effets sonores, mais là c'était surtout pour voir. Comme ils étaient plutôt bien intégrés, je les ai laissés. En fait, c'est après coup que je repense à ce cheminement qui m'a semblé évident pendant l'écriture.

Myriad: Avez vous une anectote à narrer ? Pas nécessairement reliée à votre oeuvre mais en rapport avec la musique.

Je me suis remis à la musique sérieusement grâce au boulot... Pour bien entamer une nouvelle année fiscale, l'usine dans laquelle je travaille voulait construire une identité forte et fédératrice. J'ai eu l'idée d'écrire un jingle et de le faire chanter par la chorale de l'usine... C'est comme ça que j'ai découvert les logiciels Myriad !

Myriad : Quelles sont vos objectifs ou vos projets dans le domaine de la musique ?

Faire de mes enfants de bien meilleurs musiciens que moi.

Myriad : Avez-vous un site Web personnel ?

Non, je n'arrivais pas à gérer les courriels qu'il générait alors je l'ai arrêté. C'était sur Chapeau Melon et Bottes de Cuir (The Avengers).
C'est sûrement encore dans le cache de Google pour les amateurs.

Myriad : Avez-vous un message ou conseil à transmettre aux lecteurs de cette rubrique ?

Rien d'original qui n'ait été écrit dans les entretiens précédents. Et j'ai du mal à me considérer comme un conseiller crédible


Myriad : Quelles autres questions auriez-vous aimé que l'on vous pose ?
Quelles auraient alors été vos réponses ?

Franchement, je pense avoir été suffisamment disert... Mais si certains ont encore des questions, je suis sur le forum et les messages privé fonctionnent bien !



Accueil > Communauté > Entretiens >Florent Toniello



Top of page
Legal information Last update:  (c) Myriad