Myriad Blog 1.3.0 Saturday, Aug 2nd, 2014 at 02:42am 

Friday, Oct 20th, 2006 at 04:37pm
Projet PDFToMusic, étape 85

 
Voici un petit résumé de la manière dont PDFToMusic gère les polices. Ceci pourrait éventuellement constituer un chapitre de la future documentation...
 
PDFToMusic extrait les polices de caractères du document PDF afin de reconstituer le document musical. Lors de la création du document PDF, les polices ne sont pas mémorisées telles quelles dans le fichier mais transformées. Tout d'abord, pour réduire la taille du fichier, seuls les caractères utiles sont inclus. Souvent, le nom même de la police est encodé. De plus, aucune indication n'est fournie qui permettrait de différencier à coup sur une police textuelle d' une police musicale.
 
Dans une première étape, PDFToMusic essaie d'extraire un nom de police cohérent et le recherche dans sa base de donnée des noms de polices connues. Si le nom est trouvé la police est considérée comme "forcée par l'application". Vous ne pouvez pas changer cet état.
 
Si la première étape ne donne pas de résultat, PDFToMusic applique des algorithmes spéciaux pour différencier polices textuelles et polices musicales. Les polices sont alors marquées comme "texte automatique" ou "musicale automatique". Vous pouvez, via le menu "Correction>Polices" modifier le résultat proposé par PDFToMusic, et, par exemple, changer une police textuelle en police musicale.  
 

 
Ce changement peut être limité au document ou appliqué à tous les documents.
 

 
S'il est limité au document, seul ce document sera affecté par le changement.
S'il est appliqué à tous les documents, à chaque fois que le nom de la police sera retrouvé dans un fichier PDF, son état sera forcé. Bien sur, ceci doit être utilisé à bon escient. Vous créez donc votre propre base de donnée des polices rencontrées le plus couramment.  
 
A noter que ces modifications sont mémorisées dans le document PDF et conservées d'un chargement du document à l'autre ou si vous envoyez ce document à un autre utilisateur. Dans ce dernier cas, la base de donnée des noms de polices de l'utilisateur recevant le fichier ne sera pas modifiée.
 
Une fois que les polices ont été définies comme musicales ou textuelles, elles sont traitées en conséquence par PDFToMusic.
 
Les polices musicales sont analysées optiquement, caractère par caractère, pour en extraire leur signification.
 
Pour les polices textuelles, c'est un peu différent. PDFToMusic se base en premier lieu sur les données Unicode du fichier PDF. Dans la plupart des cas, le résultat est cohérent. Cependant, certains fichiers PDF ne fournissent pas des données Unicodes correctes. On s'en rends compte rapidement : les textes affichés sont absolument différent du texte original. Vous pouvez alors demander une reconnaissance optique de ces polices textuelles. La police est alors marquée comme "Texte avec reconnaissance optique" et chaque caractère est analysé.
 
Enfin, certaines polices ne contiennent ni des caractères musicaux, ni des caractères textuels, mais des graphismes. Par exemple, des indications de jeu d'accordéon, des diagrammes d'accord guitare, des logos, etc. L'utilisateur peut dans ce cas, définir que la police est "Graphique".  Les différents caractères seront alors considérés comme des graphismes et exportés en tant que tel dans le fichier résultat.
 
- Très fréquentes dans les fichiers issus de CPDL, les brèves tracées à l'aide d'un symbole de ronde puis ajout de deux petites lignes verticales sont maintenant traitées.
Les fichiers de CPDL, d'une étonnante variété, recèlent une quantité impressionnante de particularités de notation, que nous traitons point par point. Comme par exemple, ce jour, des partitions avec les barres de mesure en pointillé. Je ne sait pas à quoi correspond cette notation peut être pour faire joli ?
 

 
Ce cas est également traité.
by Didier Guillion
Comments

Comment from Jean-Armand Saturday, Oct 21st, 2006 at 09:49pm
(No subject)
Coïncidence amusante, j'ai vu aujourd'hui cette "sous-barre de mesure" pointillée dans l'étude n°6 pour piano "Automne à Varsovie" de Ligeti. Les pointillés marquent la moitié de chaque mesure, pour faciliter le repérage, sans idée de temps fort.

Comment from Jean-Armand Friday, Oct 20th, 2006 at 10:22pm
(No subject)
Il y a un autre cas, il me semble, où l'on utilise des pointillés, c'est lorsque la mesure est composite, par exemple un 8/4 qui se décompose en 3 + 3 + 2. Les pointillés servent à marquer la subdivision de la mesure.
 
Evidemment c'est une pratique plutôt moderne, donc il est peu probable que l'on trouve des partitions de ce type en PDF sur Internet, du fait des droits d'auteur.

Comment from Didier Guillion Friday, Oct 20th, 2006 at 05:17pm
A fix...
Je pense que c'est la bonne explication. M Belkin, par email, m'a également donné une réponse approchante.
 
Cordialement

Comment from Fix Friday, Oct 20th, 2006 at 05:14pm
(No subject)
souvent, c'est du au fait que l'original de contient pas de mesures (courtes), les pointilles sont donc un rajout de l'editeur. ce ci explique aussi le bemol de rappel aux mesures 2, 4 et 5.


Most recent first
Oldest first

Top of page
Last update:  (c) Myriad 2013