Myriad Blog 1.3.0 Friday, Jul 25th, 2014 at 07:23am 

Dev News Monday, May 30th, 2011 at 05:03pm
Acam III, version Ubuntu, étape 32

 
Nous nous sommes mis à ALSA, une librairie permettant d'accéder à la carte son sur Linux. ALSA est installée automatiquement avec Ubuntu, ce qui est pour nous une condition sine qua non, car nous ne voulons pas demander à l'utilisateur d'installer un module tiers sur son système (du coup, nous n'avons pas utilisé, par exemple, la librairie Jack).
 
Ce matin, le premier son était émis par Melody Assistant lors du jeu de la musique. Une simple onde sinusoïdale, qui nous a permis de vérifier qu'ALSA était fonctionnel et que tout était bien en place.
Il nous a suffi ensuite de remplacer ce calcul de courbe sinus par l'interprétation de la musique, et nous avons obtenu la sortie sonore complètement fonctionnelle, avec la barre de progression, les effets, Virtual Singer, etc.
 
Du point de vue performances, il nous est difficile de juger, car nous travaillons sur une machine virtuelle. Mais en l'état, la latence, bien qu'assez longue, est comparable à celle qu'on obtient sur Windows avec les paramètres standards.
 
Nous avons lu qu'ALSA gère aussi la MIDI. Nous allons voir ce que nous pouvons faire de ce coté-là, mais nous ne sommes pas encore sûrs que notre machine virtuelle gère les entrées-sorties MIDI.
by Olivier Guillion

Dev News Friday, May 27th, 2011 at 05:02pm
Acam III, version Ubuntu, étape 31

 
Nous nous heurtons depuis plusieurs jours à des difficultés dans la gestion des fenêtres sous Ubuntu/GTK.
Contrairement aux autres systèmes sur lesquels nous avons pu travailler jusqu'ici, la gestion de l'interfaces, et donc des fenêtres, est organisée en couches logicielles séparées, empilées les unes sur les autres, et ne communiquant entre elles que par un nombre réduit d'entrées (GTK utilise le système de fenêtres de X11 sur Ubuntu, mais existe aussi sur Windows ou Macintosh, utilisant alors ces systèmes en couche basse)  
En pratique, une application sur Linux doit utiliser les entrées de plus haut niveau (GTK).
En effet, utiliser directement X11 est difficilement envisageable, car cela court-circuite le système de plus haut niveau, qui gère par exemple la liste des fenêtres ouvertes sur le bureau, leur nom dans la barre de tâches, l'empilage des fenêtres des diverses applications ouvertes en même temps, le click sur une des fenêtres qui remet l'application au premier plan, etc.
 
Malheureusement, ce système de couches réduit au plus petit dénominateur commun les possibilités offertes à l'application, afin que GTK reste compatible avec les divers OS sur lesquels il est censé tourner.  
Ce qui fait que des fonctions de relativement bas niveau sont complètement absentes, et des mécanismes de haut niveau ne sont pas débrayables.
 
Par exemple, ACAM a besoin de gérer lui-même l'ordre d'empilage des fenêtres (Z-Order). Sous Acam, l'utilisateur peut très bien cliquer sur une fenêtre sans que celle-ci passe nécessairement au premier plan (devant, il peut y avoir des palettes d'outils, d'autres fenêtres diverses, les menus contextuels ou les bulles d'aide).
 
GTK s'obstine à vouloir trop en faire, et à essayer de gérer cela tout seul, passant les fenêtres cliquées à l'avant-plan sans qu'il soit apparemment possible de l'en empêcher, réorganisant l'ordre des fenêtres de l'application selon sa logique propre, etc.
 
On bataille donc pour reproduire les fonctions de base dont on dispose sur Mac et PC, mais pour l'instant, la bataille n'est pas gagnée.
by Olivier Guillion

Dev News Tuesday, May 24th, 2011 at 05:04pm
Acam III étape 28

 
Ca y est, nous avons pu lancer la première version pré-pré-alpha de Melody sur Linux.
Tout n'est pas fonctionnel, mais nous avons:
 
- Les menus, avec la fenêtre d'aide contextuelle
 

 
- La boîte de nouveau document. Malheureusement le clic ne fonctionne pas, ce qui nous empêche de choisir un modèle et de le visualiser
 

 
 
- Le jukebox, vide car l'ajout de fichier plante
 

 
- Les préférences, avec tous les onglets. Par exemple, l'onglet "Jeu d'icônes"...
 

 
... ou l'onglet "Ornements"
 

 
Pour aller un peu plus loin, il faut maintenant implémenter la prise en compte de la fonte "Stoccata" et l'ouverture d'une fenêtre document. On s'y attaque demain.
by Olivier Guillion
 2 comments.

Dev News Friday, May 20th, 2011 at 04:57pm
Acam III étape 26

 
Le portage de Melody Assistant a bien avancé, et a inclus une phase de nettoyage des fichiers sources qui nous a permis de détecter et corriger quelques irrégularités potentielles dans le programme (versions Windows et Mac).
 
La séparation des fonctions dépendantes du système a continué, ce qui a eu pour effet de rendre momentanément le projet non compilable sur Mac et Windows.
C'est maintenant résolu, mais un problème dans une nouvelle fonction fait planter la version Windows au démarrage, alors qu'il manque encore quelques librairies (OGG, ZIP) à la version Linux pour pouvoir se lancer.
 
Contrairement à ce qu'il peut sembler, ça avance dans le bon sens, et en théorie, dès que les librairies manquantes auront pu être créées, nous devrions avoir une version native Linux de Melody, sans sortie sonore, mais avec toutes les options d'édition du document.  
 
Avec un peu de chance, nous espérons obtenir cette première mouture en début de semaine prochaine. Nous pourrons alors poster quelques copies d'écran pour vous montrer.
 
Bon week-end à tous !
by Olivier Guillion
 2 comments.

Dev News Thursday, May 19th, 2011 at 04:54pm
Acam III étape 25

 
Après pas mal d'efforts, les fichiers sources de Melody Assistant indépendants du système se compilent correctement. La compilation totale est très, très longue, même après avoir mis en place le système d'en-têtes précompilées, censées accélérer cette tâche.
 
Mais bon, l'essentiel est que cela fonctionne, nous verrons plus tard s'il est possible d'améliorer ce point.
 
Il nous reste donc à mettre en place toutes les fonctions spécifiques au système, et il y en a beaucoup : accès à l'Internet, au matériel d'enregistrement et de restitution sonore, aux entrées et sorties MIDI, et j'en passe.
 
Nous en sommes actuellement à créer des mannequins (fonctions vides permettant au programme d'être généré jusqu'au bout), et avons ainsi traité environ une soixantaine d'entrées. A vue de nez, il nous en reste encore plusieurs centaines, sans compter les librairies annexes (ZIP, encodage/décodage MP3 et OGG,...) que nous aurons besoin de créer avant d'obtenir un premier exécutable de Melody pour Linux.
by Olivier Guillion

Dev News Tuesday, May 17th, 2011 at 04:58pm
Acam III étape 23

Depuis le début du portage sur Linux, nous craignons deux choses dans le domaine technique :  
1- que le système de développement fasse apparaître des lacunes nous empêchant de travailler confortablement, et  
2- que le système lui-même ne propose pas toutes les fonctionnalités dont nous avons besoin pour ce portage.

1- L'environnement de développement

 
Nous avons créé nos projets à l'aide d'une interface de développement (IDE) qui semblait, sur le papier, répondre à nos attentes : Code:Blocks.
Après quelque temps d'utilisation, il s'avère que ce produit semble assez limité. Des problèmes gênants d'édition et d'organisation se sont posés:
- impossibilité d'organiser les fichiers sources à sa guise dans des répertoires virtuels
- problèmes de reconnaissance de nos types C, ne permettant pas de retrouver facilement la définition de ces types dans nos fichiers sources
 
Ensuite, le débogueur pose de gros problèmes:
- Impossible d'arrêter le programme si on n'a pas posé un point d'arrêt avant
- visualisation des variables très ... variable, avec des oublis de certaines d'entre elles, impossibilité d'explorer le contenu de certains types, etc
- Impossible de quitter proprement une session de débogage, ce qui nous oblige à faire des "kill" à tour de bras dans un terminal pour s'en sortir
 
Nous avons donc essayé plusieurs autres environnements, qui se sont avérés encore plus problématiques. Sans entrer dans le détail :
 
- Codelite: prometteur mais ergonomie parfois étrange (par exemple, n'accepte pas les espaces dans les noms de dossiers), et ne semble pas apporter grand-chose de plus
 
- KDevelop: nous n'avons pas réussi à construire un projet GTK+ complet et fonctionnel. On y travaille, sans grand espoir.
 
- NetBeans: lourd et lent, ne contenant pas les outils de développement en C par défaut
 
- Anjuta: prometteur également, mais la prise en main est déroutante, nous n'avons même pas réussi à compiler un fichier source (ou alors, nous l'avons fait mais ne nous en sommes pas aperçus)
 
- Eclipse: un seul mot: lourd. Le démarrer est déjà une épreuve, le configurer pour compiler quelques-uns de nos sources C, n'en parlons même pas.
 
Nous sommes donc revenus à Code:Blocks, faisant fi des conseils avisés sur Internet expliquant qu'un environnement graphique est inutile, puisqu'il y a vim, gcc et gdb (80's revival rules!)
 
 
2- Les limites du système
 
Un exemple: Acam a besoin de connaître à tout moment les positions exactes de ses fenêtres sur l'écran, et doit pouvoir positionner une fenêtre où il le veut.  
 
Or, sur Linux, les deux opérations ne sont pas réflexives ! On peut ouvrir une fenêtre à un endroit donné, mais si on lit sa position juste après, on obtient (0,0), c'est-à-dire le coin supérieur gauche de l'écran. Il faut attendre un certain temps (définition, SVP) avant de la relire. Et là, la documentation est on ne peut plus claire. La position retournée est une approximation, il n'est pas possible de la connaître avec certitude. Il est d'ailleurs fortement déconseillé à une application de sauvegarder ces positions pour réouvrir les fenêtres au même endroit au prochain lancement !
 
Ceci est probablement lié aux communications entre les diverses couches logicielles gérant les fenêtres. Mais pour nous, cela devient un problème majeur. Nous y réfléchissons depuis plus d'une journée, mais n'avons pas encore découvert de solution absolue pour contourner cette incongruité.
by Olivier Guillion
 2 comments.

Dev News Friday, May 13th, 2011 at 05:00pm
Acam III étape 21

 
Nous avons mis en place la gestion de la barre de menus sous Linux/GTK. Ceci nous a permis d'essayer les différentes options de Myredit, telles que l'ouverture de fichier ou le changement de style de texte.
 
Pour l'instant, nous avons implémenté la gestion "bas niveau" des menus d'Acam : une barre de menus apparaît en haut de l'écran, ici sous la barre d'Ubuntu, et les menus sont tracés et gérés par notre librairie.
 

 
Par la suite, nous essaierons de passer par les menus standards de Linux, gérés par le système. Ceci permettra d'obtenir un aspect identique à celui rencontré habituellement, avec en prime la gestion automatique des "bonus" apportés par Unity, ou la lecture des options pour les malvoyants.
 
Nous avons activé la gestion des cartes graphiques 3D sur nos machines virtuelles Linux, ce qui nous a permis d'avoir accès à Unity.  
Cet aspect du bureau nous avait échappé jusqu'à maintenant. C'est intéressant, bien qu'il soit encore un peu tôt pour envisager en tirer parti.
by Olivier Guillion

Dev News Thursday, May 12th, 2011 at 04:58pm
Acam III étape 20

 
Le projet avance, lentement mais sûrement.
Nous avons implémenté la prise en compte des thèmes graphiques, les sélecteurs de fichiers, ainsi que quelques boîtes à outils qui permettront une meilleure compatibilité avec les applications déjà écrites (notamment, une ouverture de fichier avec un nom insensible à la casse).
 
Voici donc la fenêtre en look "Ubuntu", que nous avions développé au départ pour la version Wine. Là, plus question de Wine, c'est une fenêtre native Linux :

 
Nous travaillons maintenant sur la gestion de la barre de menus, qui n'apparaît toujours pas correctement. A un moment, un "panneau" de la barre de menu est apparu, avec toutes les options, les icônes, et le marquage de l'option sous le pointeur souris, mais nous n'avons pas réussi à reproduire ce miracle depuis lors.
 
Dès que nous aurons les menus, nous pourrons tester beaucoup plus de choses, et progresser plus vite.
by Olivier Guillion
 2 comments.

Technical Monday, May 9th, 2011 at 05:03pm
Linux : Gnome ou KDE?

 
Cette question est devenu un troll aussi fameux que "Mac ou PC", ou pour les Linuxiens "vi ou emacs". Pour les novices que nous sommes, le principe de développement sur Linux apparaît d'une complexité affligeante, avant même de commencer.
 
Etat des lieux
 
Il existe de nombreuses distributions de Linux (Ubuntu, Mandriva, Debian, etc.), elles-même sur plusieurs environnements (Gnome, KDE,..), chaque environnement utilisant une librairie graphique différente (GTK, QT..) intégrant des librairies spécifiques (Cairo, Glib, Pango, ATK...).
Sachant que chacun de ces modules est distribué sous une licence qui peut limiter ce que vous avez le droit de faire (GPL, LGPL, commerciale...), il est quasiment impossible pour un programmeur novice sous Linux de savoir ce qui est le mieux adapté à son cas, sans se plonger dans des pages et des pages de jargon juridique indigeste et le plus souvent incompréhensible.
 
N'ayant pas le temps d'entamer des études de droit pendant notre temps libre, nous avons essayé de comprendre tout de même de quoi il s'agit, et de faire un peu de tri dans cet embrouillamini. Il est probable que nous ayons au final mal digéré toutes ces informations, et que des erreurs grossières se soient glissées dans ce qui va suivre. Tant pis, on y va quand même.
 
Nos programmes sont des applications commerciales, en sources fermés. Cela signifie que nous ne désirons pas offrir "librement" sur Internet le résultat de 20 ans de travail quotidien. D'aucuns objecteront que le fait de fournir le code source ne veut pas dire que n'importe qui a le droit de l'utiliser comme il le veut. Mais nous ne sommes pas (encore) juristes, et, rencontrant déjà suffisamment de problèmes dans le domaine qui est le nôtre, la programmation, nous ne souhaitons absolument pas nous engager dans un procès international lorsqu'une société à l'autre bout du monde aura pillé notre travail pour proposer à moindre frais une application clone concurrente.
 
Le choix
 
Ce principe établi, quel choix nous reste-t-il ?
Les deux principaux environnements graphiques sont Gnome et KDE.
 
Gnome est basé sur la librairie graphique GTK+, apparemment distribuée sous licence LGPL, ainsi que toutes ses librairies annexes. La licence LGPL est l'une des plus souples, et nous permet de créer des programmes commerciaux à sources fermés sans contrainte. Le point négatif semble être que les changements de version du système s'accompagnent de changements d'orientation, obligeant les programmeurs à réécrire certaines parties pour rester à la page. Ainsi, même si les anciennes fonctions restent probablement disponibles, puisqu'elle font partie des couches "basses", la gestion des graphismes est successivement passée par les accès à GLib, Pango et maintenant Cairo, les anciennes entrées étant marquées comme obsolètes dans la documentation.
 
Le concurrent sérieux de Gnome est KDE, basé sur la librairie graphique QT. Là, dès le départ, mauvaise surprise. QT est sous licence GPL, ce qui interdit la création de programmes commerciaux à sources fermés. Il faut donc acquérir une licence pour avoir le droit de faire cela. Deuxième mauvaise surprise : la licence la plus simple (Linux uniquement) est vendue au prix de ... 2995 euros !! (soit l'équivalent brut de  150 licences pour Melody Assistant)
Plus que réticents à l'idée de nous saigner à blanc pour acquérir la possibilité de développer sur un système, nous n'avons pas poussé plus loin nos recherches dans ce sens.
 
En guise de conclusion
 
Nous devrons donc nous cantonner aux configurations i386/Linux/Gnome (GTK), ce qui est l'environnement offert par une des distributions les plus répandues, Ubuntu. Ceux qui utilisent KDE devront préalablement installer les librairies GTK pour pouvoir faire fonctionner nos programmes.
 
Et là va se poser le dernier problème épineux, celui de l'assistance technique. Nous n'aurons ni le temps, ni les moyens (ni l'envie) de devenir des pros de Linux. Quoiqu'en disent certains, ce système n'est pas assez abouti pour permettre à un utilisateur lambda de s'en sortir sans mettre les mains dans le cambouis, maîtriser les commandes textuelles sous terminal ou, de temps en temps, compiler un ou deux modules. Ce qui fait que, pour la première fois, nous devrons assurer une assistance technique sur un système que la majorité des utilisateurs connaîtront mieux que nous.  
De plus, la disparité dans les configurations matérielles et logicielles est source d'incompatibilités, de plantages et donc de graves prises de tête. C'est en partie ce qui a fait la force du Macintosh à ses débuts, le faible nombre de configurations possibles étant un gage de stabilité.
 
Or, là, nous aurons affaire à des machines encore plus diverses que sur Windows, et avec un nombre quasi infini de combinaisons de distribution / système graphique / librairies annexes / personnalisation. C'est, d'après les pro-Linux, ce qui fait la force de ce système, mais c'est à notre avis sa plus grande faiblesse.
by Olivier Guillion
 2 comments.

Dev News Wednesday, May 4th, 2011 at 05:02pm
Acam III étape 15

 
La mise au propre de la couche dépendante du système a bien avancé. Si ce n'est pas encore terminé, nous en voyons le bout.
 
Dès que possible, nous retournons sur Linux pour un essai en vrai grandeur de la portabilité, et l'écriture des fonctions spécifiques au système. Nous aurions dû commencer dès aujourd'hui, mais une petite erreur de manipulation sur notre machine Linux nous a fait perdre quelques heures.
Lors de la mise en place de répertoires partagés entre nos différentes machines, nous avons tenté d'ajouter l'utilisateur courant à un groupe. Une erreur de frappe, probablement, a eu pour effet de supprimer l'utilisateur de tous les groupes, lui enlevant ainsi tous les droits.  
 
Là a commencé la boucle infinie de type "poule et oeuf":
Etant donné qu'il n'y avait qu'un seul utilisateur, que celui-ci avait perdu les droits d'administrateur, et qu'il faut les droits d'administrateur pour pouvoir justement modifier les droits, nous ne pouvions plus rétablir la situation. Après quelques essais aussi divers qu'infructueux dûs à notre méconnaissance de ce système, il a finalement fallu passer par des redémarrages en mode de récupération pour éviter d'avoir à réinstaller Ubuntu et la totalité des outils de développement.
by Olivier Guillion


Full view
Reduced view
Most recent first
Oldest first
All
Didier Guillion
Olivier Guillion
Sylvie Ricard
All
Dev News
Technical
Mood
Memories
Myriad Life
To be seen
30 previous days
Apr 2006
May 2006
Jun 2006
Jul 2006
Aug 2006
Sep 2006
Oct 2006
Nov 2006
Dec 2006
Jan 2007
Feb 2007
Mar 2007
Apr 2007
May 2007
Jun 2007
Jul 2007
Aug 2007
Sep 2007
Oct 2007
Nov 2007
Dec 2007
Jan 2008
Feb 2008
Mar 2008
Apr 2008
May 2008
Jun 2008
Jul 2008
Aug 2008
Sep 2008
Oct 2008
Nov 2008
Dec 2008
Jan 2009
Feb 2009
Mar 2009
Apr 2009
May 2009
Jun 2009
Jul 2009
Aug 2009
Sep 2009
Oct 2009
Nov 2009
Dec 2009
Jan 2010
Feb 2010
Mar 2010
Apr 2010
May 2010
Jun 2010
Jul 2010
Aug 2010
Sep 2010
Oct 2010
Nov 2010
Dec 2010
Jan 2011
Feb 2011
Mar 2011
Apr 2011
May 2011
Jun 2011
Jul 2011
Aug 2011
Sep 2011
Oct 2011
Nov 2011
Dec 2011
Jan 2012
Feb 2012
Mar 2012
Apr 2012
May 2012
Jun 2012
Jul 2012
Aug 2012
Sep 2012
Oct 2012
Nov 2012
Dec 2012
Jan 2013
Feb 2013
Mar 2013
Apr 2013
May 2013
Jun 2013
Jul 2013
Aug 2013
Sep 2013
Oct 2013
Nov 2013
Dec 2013
Jan 2014
Feb 2014
Mar 2014
Apr 2014
May 2014
Jun 2014
Jul 2014
Jul 24th, 2014 at 07:30pm 
Comment from Oliveira
Soy de la
Jul 24th, 2014 at 07:14pm 
Comment from
Jul 24th, 2014 at 06:00pm 
Comment from Antoine Bautista
et le compositeur...
Jul 24th, 2014 at 05:20pm 
Article from Olivier Guillion
Harmony 9.6 étape 698
Jul 24th, 2014 at 05:20pm 
Article from Olivier Guillion
Harmony 9.6 étape 698
Jul 24th, 2014 at 05:20pm 
Article from Olivier Guillion
Harmony 9.6 étape 698
Jul 23rd, 2014 at 11:03pm 
Comment from
Jul 23rd, 2014 at 05:03pm 
Article from Didier Guillion
PDFtoMusic 1.4.3
Jul 22nd, 2014 at 10:53pm 
Comment from Cri-Cri
Le triolet
Jul 22nd, 2014 at 04:59pm 
Article from Olivier Guillion
Harmony 9.6 étape 697

Top of page
Last update:  (c) Myriad 2013